Que d'eau, que d'eau

Elle est magnifique cette Seine en crue qui crée désolation mais aussi redessine un paysage nouveau qu'on croyait immuable.

J'ai ressenti une excitation d'enfant à parcourir les berges de la Seine, à voir la voir charier poubelles et troncs d'arbre tel un fleuve libéré de ses chaines, à imaginer ce nouveau Paris noyé sous les eaux, à saisir les images. La foule était nombreuse avec probablement ce même sentiment mêlé.

Le regard du photographe est celui d'un aventurier observateur de l'ordinaire et de l'extraordinaire de la vie. La photographie n'est pas action elle est intermédiation d'un quotidien devenu évènement.

À l'affiche
Posts récents
Par tags