Moscou, histoire, couleur et tristesse

Je n'étais pas allé à Moscou depuis des années. J'ai ressenti dans les pores de cette ville les saisissants contrastes de l' histoire : l'association insolite des traces des fantômes du communisme, et des excès des démons du capitalisme naissant, celle de l'art de la Grande Russie côtoyant l'art martial et froid de la dictature collectiviste. J'ai aimé les couleurs et l'atmosphère de cette mégalopole pourtant froide et terne en ce milieu d'automne, la maison de Pouchkine, le centre de congrès du Kremlin caricatural et évocateur , le métro éblouissant, l'invraisemblable mausolée de Lenine et le glaçant palais de la Loubianka , l'hôtel métropole, les banlieues pathétiques .....et les gens dans la rue, les babouchkas, la langues et la musique du Bolshoi...

À l'affiche
Posts récents
Par tags