Ouessant du bout du monde

En embarquant pour Ouessant sur le Fromveur au bout du bout du quai du port du Conquet sous un ciel gris ardoise en ce jour de printemps, j'ai un gout d'aventure dans la bouche, un peu l'impression de tenir dans mes mains le laisser passer pour l'Ocean, celui de lever les amarres pour regarder plus loin. La lumière

En longeant la côte nord sculptée par la fureur de l'océan sur laquelle tant de bateaux se sont échoués on arrive au phare du Creach et son extraordinaire musée des Phares et Balises, puis à celui de Nividic, véritable sentinelle inaccessible pour l'ile sentinelle qu'est Ouessant. La lumière noire du jour ajoute à une incroyable impression d'austérité magnifique.

À l'affiche
Posts récents
Par tags